M. le Président de la SAFER de Bourgogne, M. le Préfet de Bourgogne, Mme la Préfète de la Nièvre: Sauvons le refuge du Domaine des Douages et ses 750 moutons - Signez la pétition!

Voir les commentaires

Yvelines : du pâté de porc dans la boîte aux lettres de la mosquée

YVELINES - faits divers Du pâté de porc dans la boîte aux lettres de la mosquée

Photo illustration LBP

La mosquée de Mantes-la-Ville (Yvelines) a déposé plainte contre X après avoir découvert du pâté de porc dans sa boîte aux lettres et reçu une lettre comparant les musulmans à des «cafards».

L’association des musulmans de Mantes-sud, gestionnaire de la mosquée, a déposé plainte mercredi au commissariat de Mantes-la-Jolie après avoir découvert le jour-même «une douzaine de tranches de pâté de porc moisi» dans sa boîte aux lettres, selon son président Abdelaziz El Jaouhari. «C’est indéniablement un acte raciste et provocateur. C’est la première fois en douze années d’existence de la mosquée qu’elle fait l’objet d’une telle attaque raciste», dénonce l’association cultuelle dans son communiqué.
Jeudi, elle a déposé une deuxième plainte pour «provocation à la haine ou à la discrimination religieuse» après avoir reçu une lettre anonyme accusant l’islam d’être «criminogèn
e».

«Ces actes sont d’autant plus préoccupants qu’ils interviennent dans un contexte social et politique dégradé sur la Ville», s’alarme l’association, en faisant référence à l’arrivée du frontiste Cyril Nauth à la tête de cette commune de 19 000 habitants. Le seul maire FN en Ile-de-France, élu le 30 mars avec 30,26% des voix, envisage de retoquer le projet d’une nouvelle mosquée, devant remplacer l’actuelle, un sujet qui avait divisé pendant la campagne des municipales. «Ce changement politique légitime certains groupes ou personnes pour commettre l’indéfendable», estime M. El Jaouhari. L’enquête est confiée au commissariat de Mantes-la-Jolie.

Voir les commentaires

Les grandes gueules sont des ânes...

Le 20 avril 2014 (BOULEVARD VOLTAIRE)

À l’occasion de la sortie du livre que j’ai écrit, Du gauchisme au patriotisme, édité par Riposte laïque, nous avons eu droit, grandeur nature, à un décodage du fonctionnement d’une certaine presse – papier, radiophonique et télévisuelle.

Premier épisode : l’AFP, dont le journaliste Guillaume Daudin a lu, lui, le livre, produit une dépêche intitulée « Le maire FN d’Hayange livre un réquisitoire anti-islam dans son autobiographie ». Certes, j’ai évoqué la religion musulmane dans cet ouvrage, en quelques lignes, sans doute fort critiques, mais qui ne dépassent pas quelques phrases. J’ai par ailleurs attaqué un dogme, comme le fait régulièrement le philosophe Michel Onfray, et pas des personnes.

Mais c’est très loin d’être l’essentiel d’un livre qui évoque mon itinéraire militant, celui d’un ouvrier qui a milité à Lutte ouvrière, puis à NPA, a monté une section syndicale CGT à Nilvange, avant de rejoindre le Front national, et de gagner l’élection municipale d’Hayange.

Pourtant, simplement sur la foi d’une dépêche AFP, par dizaines, des journalistes vont relayer cette information, faisant souvent un simple copier-coller, sans prendre la peine de m’appeler. Certains feront l’effort de changer le titre, en faisant de la surenchère, comme Libération, qui se ridiculisera en parlant d’une avalanche de propos anti-islam et anti-immigrés, rien de moins !

Toujours sans avoir lu l’ouvrage, une association dite antiraciste de Moselle fera savoir qu’elle s’interroge pour savoir si elle va déposer plainte. Un site musulman encourage ouvertement les associations à aller au tribunal.

Mais ce sont « Les Grandes Gueules », dont aucun intervenant n’a bien évidemment lu l’ouvrage, qui se surpasseront dans le lynchage de ma personne, de mon livre et même de mon éditeur, traité avec un rare mépris. Mes propos seraient indignes d’un maire, comme si le fait d’être élu démocratiquement devait restreindre la liberté de parole. J’aurais, ainsi que Gilbert Collard et Robert Ménard, des troubles psychologiques graves, et mes électeurs seraient des personnes en souffrance n’ayant pas réglé « un certain nombre de trucs ».

Voilà ce que déversent, suite à une simple dépêche AFP, certains animateurs des « Grandes Gueules », dont un enseignant qui n’a pas lu mon livre !

Dans la vidéo ci-dessous, où on peut profiter de ce qui s’apparente à une exécution médiatique, Christine Tasin estime que les Grandes Gueules sont des ânes… je me contenterai de leur en attribuer le bonnet. Ce qui ne m’empêche pas de rester disponible pour répondre à leurs questions, s’ils se décidaient à m’en poser, afin d’offrir enfin à leurs auditeurs un autre son de cloche (de Pâques…).

Voir les commentaires

Les prestrations à raboter...

La famille, les retraites et le logement dans le viseur des prestations à raboter

 

Certaines mesures du pacte de Manuel Valls devraient à nouveau mettre les classes moyennes à contribution.

Au chapitre plan de rigueur, il y a les collectivités, l’État et ses agences, l’Assurance-maladie et… «le reste». Soit 11 milliards à trouver pour aboutir à l’objectif de 50 milliards d’euros d’économies d’ici à 2017. «Le reste viendra d’une plus grande justice, d’une mise en cohérence et d’une meilleure lisibilité de notre système de prestations», a ainsi déclaré Manuel Valls mardi.

Entrent dans ce «pot-pourri» plusieurs milliards de coupes décidées lors des réformes sociales de 2013. À savoir 1,3 milliard au chapitre de la réforme des retraites et plusieurs centaines de millions à celle de la famille. Sont aussi prises en compte les économies de gestion qui seront exigées auprès des caisses de retraite, de l’Assurance-maladie et des CAF. L’État en attend, de source gouvernementale, pas moins d’un milliard.

Plus étonnant, l’exécutif entend additionner également les mesures de la réforme des régimes de retraite complémentaires des salariés et cadres Arrco-Agirc, soit 900 millions sur trois ans, décidées en mars 2013 par les partenaires sociaux. Syndicats et patronat, qui ont notamment décidé de sous-indexer les pensions par rapport à l’inflation entre 2013 et 2015 pour limiter les dépenses et les déficits, doivent rouvrir des négociations d’ici à la fin de l’année. Et l’exécutif anticipe déjà qu’ils décideront de nouvelles mesures d’économies pour la période 2015-2017.

Classes moyennes ciblées

Ceci étant, il reste encore plus de la moitié des 11 milliards à trouver. Pour ce faire, le gouvernement pourrait s’attaquer une nouvelle fois aux allocations familiales, malgré la réforme de 2013 qui avait déjà fait très mal aux ménages moyens et aisés. «Ces mesures, si elles sont décidées, ne seront pas ciblées sur les Français les plus en difficulté», précise toutefois un proche du président Hollande. En clair, les classes moyennes devraient être mises une nouvelle fois à contribution. L’année dernière, le gouvernement avait écarté au dernier moment la mise sous condition de ressources des allocations familiales. Cette mesure rapporterait de 850 millions à 2 milliards, suivant où est placé le seuil de revenus.

La politique du logement, dans le viseur de Bercy depuis de longs mois, devrait également être ponctionnée. Les dépenses de l’État dans ce domaine s’élèvent à 39,5 milliards d’euros, dont 5 milliards pour les aides personnelles au logement (APL). La Cour des comptes recommande ainsi que les APL ne soient plus versées aux étudiants non boursiers. De quoi rapporter 800 millions à l’État.

Source Le figaro

Voir les commentaires

Quand Zemmour valide la notion de "Grand Remplacement"

Quand Zemmour valide la notion de « Grand

Remplacement » !

Le 12 avril 2014 (BOULEVARD VOLTAIRE)

J’ai eu le plaisir d’assister à un grand moment de télévision, le vendredi 11 avril 2014. Mémorable. En effet, au terme d’une diatribe enflammée, Éric Zemmour l’a enfin dit : le « Grand Remplacement » est une réalité ! C’est une première, le concept de Renaud Camus a été repris sur un grand média, i>Télé, dans l’émission « Ca se dispute ». Même Nicolas Domenach n’a pas eu le temps de relever, il était sonné.

Alain Finkielkraut passait alors sur le banc des accusés : avait-il été, ou non, trop loin en affirmant que certains Français votent Front national car ils estiment que leur civilisation disparaît, que nos charcuteries traditionnelles sont remplacées par des boucheries halal, ou qu’il n’y a plus d’autochtones dans certaines villes de la banlieue parisienne ? Fantasmes, selon Nicolas Domenach, ou effet secondaire d’autres crises sociales, économiques…

Éric Zemmour ne s’est, lui, pas abrité sous le paravent du politiquement correct ; il a même tout emporté sur son passage. Oui, la France subit de multiples crises, elle est touchée dans l’essence de sa civilisation, son système éducatif n’est pas bien noté, une profonde récession économique la frappe de plein fouet… Mais ça n’est pas tout, elle est aussi en pleine crise identitaire et, selon la formule consacrée par Renaud Camus, elle vit un remplacement de sa population. Il fallait oser le dire sur une antenne nationale, ça n’est pas anodin, et nous devons pleinement reconnaître le courage d’Éric Zemmour. Il a ouvert une route auprès du grand public, lequel pourra désormais mettre des mots sur ses maux.

Une réaction de Nicolas Domenach montre d’ailleurs que la gauche, elle aussi, commence à être désarçonnée. Il a répondu, d’une façon qui a pu paraître anodine (mais ne l’est pas), que la France connaissait des « crises psychologiques ». C’est-à-dire, en novlangue politiquement correcte, une crise identitaire. Lui aussi a admis, en creux, que nous sommes face à une situation dramatique, dont les enjeux ont une portée historique.

Surtout, cette irruption du réel à une heure de grande écoute fait figure d’électrochoc salvateur et prouve que ceux qui n’ont eu de cesse d’annoncer le phénomène du « Grand Remplacement » ne sont pas des « Cassandre », mais tout au contraire des lucides, des non-racistes véritables. Quand les socialistes ont, eux, inventé SOS Racisme pour culpabiliser les Français et la droite.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 300 400 > >>
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog