Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Enculé de ta race", lance le député...

razzi
Le 23 janvier 2014
BOULEVARD VOLTAIRE
Charles De Gaulle traitait souvent les députés de « racailles ». Avec Razzy Hammadi, l'expression prend tout son sens !

Il nous fait penser au professeur moraliste avec ses élèves qui, le soir venu, tabasse sa femme.

« Il », c’est Razzy Hammadi, un de ces nouveaux visages de la politique, dont on nous injecte à outrance, comme à des dissidents dans un hôpital psychiatrique soviétique, les apparitions sur tous les plateaux télé. Razzy, c’est le donneur de leçons professionnel, toujours bien propre sur lui, qui en sait plus que tout le monde sur la République et ses « valeurs » supposées.

 

Le problème, pour Razzy, c’est qu’une vidéo circule sur le Net depuis quelques jours, et dans cette vidéo, son image de gentleman en prend un sale coup derrière la nuque.

 

L’image est bancale, l’atmosphère sombre d’une fin de soirée qui dégénère entre deux ou trois zyvas de banlieue. Razzy, sweat à capuche, est chaud comme une bouillotte, on ne sait pas ce qu’il a pris les heures qui précèdent le très court métrage amateur. Mais là, c’est pas du Chaplin : le truc, pas marrant du tout, montre le député socialiste donnant un coup de poing, lançant « fils de pute, enculé de ta race » à son interlocuteur. On est bien loin des joutes verbales d’antan, quand les députés de la Troisième, en fins bretteurs cultivés, s’affrontaient à coups d’imparfait du subjonctif.

 

Sur i>Télé, l’expert politique maison, celui qui a tout le temps l’air enrhumé, a pris derechef la défense de l’irréprochable républicain : « Il a géré la crise en homme, en élu de son époque, il n’a pas fait un communiqué, il n’a pas fui les journalistes, il est allé sur une chaîne de télévision – en l’occurrence Canal+ – de sa génération, de son temps également. » Laurence Ferrari, un brin complotiste, souligne : « C’était peut-être un coup monté »….

 

Cela me rappelle quand un mec s’était engueulé avec une socialiste de Mantes-la-Jolie au siècle dernier. C’était pourtant largement plus sobre, mais les médias avaient tapé beaucoup plus dur à l’époque. Faut dire que le mec en question, c’était Jean-Marie…

 

Presque émouvant à sa tribune, David Assouline, porte-parole du PS, a réagi à la diffusion de la vidéo : « Cela relève d’un procédé dégradant », ce sont « des mots non maîtrisés » mais « c’est détestable d’utiliser cela pour disqualifier un candidat aux municipales à Montreuil ».

 

Quand Razzy vient s’expliquer sur Canal dans la Grande Édition (20 janvier), le présentateur Ali Baddou le cueille un peu à froid : « Aujourd’hui, vous êtes dans votre tenue de député, de bon écolier, j’allais dire… » Effectivement, ce jour-là, Razzy surjoue son rôle de premier de la classe. Un peu comme si Jamel Debbouze interprétait Chaban-Delmas. Y a un truc qui cloche. « Mais on ne parle pas comme ça quand on est un élu de la nation ! », lance Ali. « J’ai réagi en homme », se défend l’autre. Sur la vie d’sa mère !

 

Le très droitier Charles De Gaulle traitait souvent les députés de « racaille ». Avec Razzy Hammadi un siècle plus tard, l’expression prend tout son sens !