Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Epidémies : le pélerisage à La Mecque, un nid à microbes ?

Epidémies : le pèlerinage à La Mecque, un nid à microbes ?

mecque

 

Le 17 novembre 2013      BOULEVARD VOLTAIRE

Marie
Delarue
Ecrivain, musicienne, plasticienne.

C’est un court article du Pr Éric Raoult, dans la dernière livraison du Point, qui devrait nous exploser au nez comme une attaque virale un soir d’hiver. Son titre : « Épidémies, la leçon de La Mecque ». Rappelons que le Pr Raoult est une éminence dans son domaine et qu’il dirige l’Unité de recherche sur les maladies infectieuses de la faculté de médecine de Marseille. Tout cela pour dire, et y insister, qu’il sait de quoi il parle.

 

Ici, de la propension de nos gouvernements et de l’OMS à être « obnubilés par de fausses épidémies », et partant d’ignorer celles qui réellement nous menacent. Rappelons-en quelques-unes. H1N1 en 2009, par exemple : le ministère de madame Bachelot achète alors 94 millions de vaccins qui vont pour l’essentiel finir à la poubelle ou être revendus aux moins offrants. Facture : 400 millions d’euros, achat et « destruction » comprise. Grippe aviaire, grippe du poulet, du lapin ou du cochon, on ne cesse d’agiter devant les populations le spectre de la pandémie. H5N1, H7N9 n’étaient pourtant que de « fausses épidémies [qui] ont fait, à elles deux et sur dix ans, à peine autant que le nombre de cas de grippe ramenés de La Mecque en deux semaines ».

 

Car c’est l’alerte et la leçon que lance le Pr Raoult : les virus fantômes, ce qu’il appelle « les menaces hollywoodiennes », occultent la réalité. En l’occurrence celle de la grippe ou de l’infection à pneumocoques que rapportent chaque année 9 à 10 % des pèlerins rentrant de La Mecque et qui vont, eux, répandre le virus.

 

Parce que ce lieu saint est l’un de ceux qui brassent en un lieu confiné une population venue de tous les coins du globe, et particulièrement « d’Afrique subéquatoriale où la grippe sévit actuellement ». Le brassage de toutes ces populations en un même lieu « favorise la mutation des virus », dit le Pr Raoult, et cette contamination à grande échelle pourrait être évitée en vaccinant les pèlerins avant le grand départ. Mais voilà, les vaccins ne sont jamais prêts à temps. Pourquoi ? Parce que les autorités sanitaires se focalisent sur de « fausses épidémies ». Ainsi « la peur du nouveau coronavirus d’Arabie saoudite, un virus rarissime dont on ne recense actuellement aucun cas, les a fait lancer un plan de détection des pèlerins de La Mecque d’une complexité réglementaire effarante et totalement superflu ». Et surtout qui n’empêche pas les pèlerins de rapporter la grippe avec eux.

 

« Depuis le 18 octobre, 30.000 Français sont revenus de La Mecque, dont 3.000 porteurs du virus grippal », écrit le Pr Raoult. Or, rappelons que si les « virus hollywoodiens », ceux qui nourrissent les scénarios catastrophe et font la fortune des labos, tuent – quand ils tuent ! – tout au plus quelques dizaines de personnes dans le monde, la grippe, elle, élimine chaque année de 100.000 à 400.000 personnes.