Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

F. Hollande : "Je ne veux plus de première dame"

François Hollande : « Je ne veux plus de première dame »

    Sources : VOICI

 

François Hollande et Valérie Trierweiler devaient se retrouver hier à la Lanterne. L’occasion d’une mise au point sur le statut de Valérie Trierweiler puisque le Président ne souhaiterait plus de première dame à ses côtés.

 

Samedi après-midi, Valérie Trierweiler a quitté l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière pour s’installer à la Lanterne, la résidence du président de la République située tout près du parc du château de Versailles. Selon les informations du JDD, François Hollande devait la rejoindre là-bas ce dimanche, pour une rencontre que beaucoup considèrent comme déterminante pour l’avenir du couple présidentiel. Hier soir sur iTélé, le journaliste politique Michaël Darmon a livré quelques « offs » sur cette situation : « Aujourd’hui, tous les regards sont braqués vers la Lanterne, a-t-il d’abord constaté. C’est un couple qui joue son destin. […] Un très petit groupe de très proches du Président et de l’actuelle première dame s’occupent de cette affaire avec pour consigne “blackout total”. » Pourtant, malgré cette stratégie du silence, quelques informations ont filtré, de la bouche… de François Hollande lui-même.

 

À l’issue de sa conférence de presse du 14 janvier dernier, au cours de laquelle il avait pourtant refusé d’éclaircir sa situation, le Président aurait, selon Michaël Darmon, laissé échapper un indice : « En très petit comité, a raconté le journaliste, François Hollande, après sa conférence de presse, est revenu sur le statut de la première dame éventuelle en disant : “Je ne veux plus qu’il y ait de première dame, à l’avenir, à l’Elysée”. A-t-il dit cela de manière générale, comme un sujet de bac, ou est-ce qu’il a parlé de lui-même ? Eh bien, on le saura dans quelques jours. » Cécilia Attias, éphémère première dame qui avait apporté son soutien à Valérie Trierweiler dans cette épreuve, assurait que l’on ne peut pas « gommer le conjoint ».