Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il faut donner la parole aux Français par le référendum !!! Et le livre "Les Résistants"

Il faut donner la parole aux Français par le référendum !

 

BOULEVARD VOLTAIRE

referendum

 

Le 27 octobre 2013
 
Alain
Sandler

Président du Cercle des Citoyens Français.
Cliquez pour acheter

Le président de la République ignore, voire se moque de l’opinion des Français respectueux de leurs traditions et de leurs racines. On voit avec quel dédain, quel mépris il traite les centaines de milliers de personnes descendues dans la rue à l’appel de la Manif pour tous. L’UMP comme le PS rejettent près de 30 % d’électeurs (et ce chiffre est en perpétuelle augmentation) en diabolisant et en invectivant le Front national qui, lui, défend le référendum d’initiative citoyenne dans son programme, contrairement à ceux qui le fustigent.

 

Tout cela n’est pas cohérent du tout.

 

Aussi, si nous voulons que notre pays retrouve sa démocratie et chasse l’oligarchie qui nous mène au désastre, il faut poursuivre l’action mais avec une nouvelle approche : se battre pour qu’on instaure le référendum pour tous par une réforme de la Constitution. Il faut faire du référendum un contre-pouvoir.

 

Cette réforme est attendue par 80 % des Français, selon un sondage de 2004. Depuis, cette volonté s’est encore renforcée. C’est la seule solution pour réformer notre pays et faire évoluer son système politique. Pour en finir avec cette démocratie confisquée.

 

Nous devons imposer qu’une pétition obtenant la signature de 1 % du corps électoral fasse obligatoirement l’objet d’un référendum. Si une telle réforme avait été adoptée, les 700.000 signatures obtenues par la Manif pour tous n’auraient pas pu être mises à la poubelle.

 

Il y a urgence. Dans une démocratie, on ne peut accepter que le peuple soit mis devant le fait accompli. Il doit pouvoir se prononcer. Il doit pouvoir prendre la parole en cours de mandat et non se contenter de signer un chèque en blanc tous les 5 ans. Quand, après 16 mois d’exercice du pouvoir, le Président n’a plus que 23 % d’opinions favorables, il n’a plus la légitimité nécessaire pour imposer son idéologie.