Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'étais, ce 1er mai, Place de l'Opéra...

marine-1er-mai-2013

 

Maurice
Vidal
Professeur de philosophie.
Cliquez pour acheter

Marine Le Pen avait à peine terminé son discours du 1er mai en l’honneur de Jeanne d’Arc que les commentaires autorisés s’empressèrent de discréditer la présidente du Front national par une cascade d’évidences mécaniques.

Évidemment, ses propos furent flous, fantasmatiques, populistes, démagogiques. Évidemment, Marine Le Pen a surfé sur les peurs et la crise économique, nous renvoyant ainsi aux « heures les plus sombres de notre histoire ». Évidemment, tout ne fut qu’exagération, déformation, manipulation, mensonge. Évidemment, s’exprimait une femme opportuniste, récoltant sans vergogne les dividendes politiques de l’affaire Cahuzac. Évidemment, Marine Le Pen n’a fait que renouer avec l’extrême droite d’avant-guerre !

Bref, nous fûmes les témoins d’une allocution terriblement dangereuse, à même d’égarer la nation française en la faisant rêver sur fond d’unité et de patriotisme. En d’autres termes, Marine Le Pen est et demeure un véritable danger pour la France !

Un danger ? Mais quel danger ?

Quel responsable politique est capable, aujourd’hui, de parler avec autant de souffle et de conviction nationale ? Quel responsable politique sait appeler un chat un chat ? Quel responsable politique a suffisamment de caractère pour dire « Non ! Cent fois non ! » ? Quel responsable politique prend les problèmes à bras le corps en pensant au peuple de France d’abord ? Quel responsable politique peut regarder en face son propre pays en demandant qu’il soit propre de toute illégalité, à commencer par celle qui légitime les illégaux ? Qui, en France, dénonce les problèmes inhérents à une immigration sans fin ? Qui demande le recours au référendum pour répondre à des questions de société ? Qui a le courage d’exiger le rétablissement de l’autorité de l’État ? Qui ose dénoncer les deux périls que sont mondialisme et islamisme fondamentaliste ? Qui en appelle au bon sens de la « priorité nationale » ?

Bref, qui aime la France ??

 


Tous ceux qui, en ce 1er mai 2013, ont pris la peine d’être à Paris, place de l’Opéra, connaissent les réponses à ces questions, car ils connaissent la seule évidence que taisent les journalistes, à savoir que la France n’appartient pas au pouvoir, mais aux Français !

Maurice Vidal, le 3 mai 2013