Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'imam de Drancy : "Si vous êtes pour la charia, partez !!!

Imam de Drancy : "Si vous êtes pour la charia, partez !"

Entretien: Dorian de Meeûs

Mis en ligne le 07/06/2013

"Je comprends très bien que les Européens ne comprennent pas pourquoi l’on ne réagit pas."

« Agissons avant qu’il ne soit trop tard », tel est l’appel lancé par Hassem Chalghoumi, imam de la mosquée de Drancy. Celui qui est aussi le Président de la Conférence des imams de France prône une offensive contre les intégristes islamistes et un dialogue inter-religieux entre musulmans et juifs. LaLibre.be s’est entretenue avec celui qui fait l’objet de menaces de mort et de nombreuses critiques au sein de sa propre communauté.

Votre livre d’entretien avec David Pujadas s’intitule « Agissons avant qu’il ne soit trop tard ». Trop tard pour quoi ?

Trop tard pour Merah. Trop tard pour les attaques sur des militaires à Londres et Paris. Trop tard face à la montée des intégristes. Trop tard pour nos jeunes Belges et Français qui apprennent à manier des armes et à se battre avec les intégristes en Syrie. Trop tard pour ceux qui se battent contre l’armée française au Mali,… On commence à en voir 100, 200, 300,… je crains que demain, ils soient 100.000 !

Votre discours appelant à s’opposer aux intégrismes musulmans est considéré comme ‘courageux’ par de nombreuses personnalités françaises et internationales. Vous sentez vous courageux dans cette démarche ?

Je ne pense pas que ce soit du courage. Le contexte actuel et la réalité de terrain exigent que l’on fasse cela, il y a beaucoup trop d’amalgames entre Islam et intégrisme. D’ailleurs, je comprends très bien que les Européens, Français et Belges, ne comprennent pas pourquoi l’on ne réagit pas, pourquoi la majorité silencieuse ne s’exprime pas. Ce n’est plus une question de courage, mais un devoir de protection de notre avenir et de nos enfants.

 

Les musulmans modérés ou progressistes se sentent menacés ?

Oui et je le comprends, j’ai été agressé physiquement et menacé de mort plusieurs fois, les fanatiques sont entrés chez moi et ont tout cassé, entrent dans ma mosquée, appellent au meurtre sur Internet,... Mais c’est le prix à payer pour s’opposer à cette minorité. Les musulmans modérés sont trop discrets, ils veulent même éviter d’en parler. Ils en font un sujet tabou. Moi, je leur dis que la menace du rejet et du racisme est aussi réelle que celle de l’intégrisme, il faut donc oser parler sans langue de bois et n’avoir peur que de Dieu.

 

Comment vivez-vous le fait d’être musulman et menacé par des intégristes de votre communauté religieuse ?

Je suis évidemment déçu. En vérité, jamais dans ma vie je n’avais imaginé que je courrais autant de risques pour avoir simplement tendu la main aux Juifs. Pour moi l’Europe, c’est justement pouvoir exprimer ses pensées sans prendre de risques. Sur le terrain, ce n’est pas la réalité. Dans certains quartiers, il y a un décalage énorme entre valeurs européennes et réalité. Ces jeunes sont ignorants et donc facilement récupérable par des discours ou des sites internet. Mais dans l’histoire de l’Islam, on a déjà eu des musulmans modérés assassiné par d’autres musulmans. Ce n’est pas nouveau. Une minorité essaye de détruire l’autre au nom de la ‘Vérité’.

 

Au sein des imams de France, vous ne vous sentez pas un peu seul à tenir un tel discours fort ?

Non, j’ai créé la Conférence des imams de France qui compte environ 130 imams. Nombreux sont ceux qui sont venus avec moi en Israël ou se sont prononcés contre le voile intégral. Mais tous n’ont pas les mêmes capacités de résistance à tant d’attaques et de menaces. Même s’ils sont courageux, ils ne veulent pas tous d’une protection policière 24h/24. Nous disons ensemble aux musulmans qu’il ne faut pas avoir peur de vivre sa religion dans les valeurs européennes et françaises. Nous sommes derrière vous et personne ne vous empêchera de vivre ainsi. Eux aussi ont besoin de ce soutien.

 

Les sites intégristes vous accusent de ne pas être l’imam de Drancy et de ne pas être légitime pour les représenter.

Je leur réponds qu’en effet – et malheureusement pour eux - je ne suis pas l’imam qui prêche leurs paroles. Si j’appelais au jihad, au meurtre, à la haine, à la destruction de nos valeurs, à s’opposer les uns aux autres, alors là, je serais le meilleur imam au monde à leurs yeux. Vu que je ne prêche pas la haine, effectivement, je ne suis pas ‘leur’ imam. Je suis l’imam des modérés et de la majorité qui n’a rien à voir avec ces intégristes. Mais ces sites internet de désinformation recrutent énormément de jeunes… C’est une catastrophe !

 

Qui peut éviter que cette ‘catastrophe’ se poursuive ?

Je renvoie la responsabilité vers nos politiques, nos dirigeants européens et notre président. Pourquoi bougent-ils pour sauver Benghazi, le Mali, les civils syriens,… alors que nous, citoyens européens, sommes menacés par ces sites internet. Ils doivent faire le nécessaire pour nous protéger, fermer ces sites, chercher et poursuivre ces intégristes qui sont en train de recruter et créer des Merah.

 

Vous êtes invité lundi au Parlement belge par le député Denis Ducarme (MR), mais comment les non-musulmans peuvent-ils vous épauler dans votre démarche ?

Je rencontre cette semaine aussi le pape François pour lui dire que l’Europe est une terre chrétienne et qu’il faut nous protéger en tant que citoyens, voisins et amis face à l’intégrisme. Le racisme se nourrit de l’intégrisme. C’est une réalité, on ne peut les dissocier. Il faut donc rejeter l’intégrisme et soutenir les modérés.

 

Vous dites « les fanatiques doivent rentrer chez eux », mais il y a de plus en plus de convertis belges et français…

Si vous êtes pour la charia et contre nos valeurs, partez ! Allez trouver des compagnons de votre idéologie ailleurs. Allez ailleurs ! Allez ailleurs et ne détruisez pas notre ‘vivre ensemble’. Ne gâchez pas notre bonheur ! Le phénomène des convertis est très grave, ils basculent très souvent à l’extrême. Ils ne recherchent pas la religion par amour, mais pour la haine et la vengeance de l’autre. Ils ne se convertissent pas en réalité. Les responsables musulmans de chaque pays doivent suivre chaque converti de près, c’est primordial si l’on veut éviter qu’il tombe entre les mains de ceux qui prêchent la haine et la barbarie.

 

Que dites-vous à ceux qui ne font pas la différence entre musulmans et pointent du doigt la violence qui serait, disent-ils, inhérente au Coran ?

Je dis NON. Ne luttons pas contre l’extrême avec l’extrême. Le Coran, on le traduit comme on veut et à sa manière. On peut dire la même chose de la Torah et de la Bible. Ce sont des textes à interpréter dans la foi, l’humanisme et le respect de l’autre. Certains, les traduiront avec un dictionnaire de haine et de combat. Le mot jihad, cela ne signifie pas le combat mais l’effort et l’amour. Je peux vous montrer les versets qui indiquent cela. C’est pour éviter cette dérive que je demande aux politiques d’avoir et de développer un islam européen avec la formation d’imams européens qui auront un respect des valeurs qui sont les nôtres : la patrie, l’amitié et le respect des autres. Pourquoi accepte-t-on l’ingérence étrangère du Qatar ? A un moment donné, on paiera tous le prix de ce vide et de cette absence de prise en mains par nos politiques.

 

Entretien : Dorian de Meeûs