Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Crimée... Vers la guerre ?

La Crimée épicentre d’un séisme mondial… Vers la guerre ?

La-Crimee-environnement-villes-et-infrastrcutures-de-transports-en-2011_large_carte
Le 24 mars 2014      BOULEVARD VOLTAIRE
     
     

Ex chef des Services de Renseignement ukrainien, le général Smeshko ne mâche pas ses mots :

 

« Poutine place l’Europe au bord d’une Troisième guerre mondiale ».

 

Ce n’est pas un quelconque tabloïd qui publie ce propos mais Le Figaro, et le jour du printemps ! N’est-ce pas un peu vite dit ? En tout cas Paris, toujours aussi bien avisé, se propose d’envoyer des avions de combat en Pologne aux abords de la frontière ukrainienne à l’instar du Pentagone qui a déjà acheminé douze F16 et 300 GI’s… au prétexte de manœuvres.

« On » voudrait faire monter la tension que l’on ne s’y prendrait pas autrement. Au demeurant on ne se prive pas de dire que « Poutine ne comprend rien à l’Ukraine » [ibid.Smeshko]. Il n’en demeure pas moins que ce sont les gens de Bruxelles qui ont mis le feu aux poudres en aguichant les Ukrainiens avec un accord de partenariat que l’Union voulait exclusif, cela sans tenir le moindre compte des réalités géopolitiques et historiques.

 

Bravo donc Catherine Asthon qui a su faire miroiter aux Ukrainiens une manne céleste pourtant aujourd’hui introuvable… mais que distribuait naguère, et avec largesse, les eurocrates aux pays du Sud de l’Europe… ceux qui justement, Grèce, Portugal, Espagne, Italie des Pouilles et de la Calabre, tous à présent dans la plus noire panade.

 

Bref, n’y avait-il pas là, de la part de du Moloch bruxellois, une sorte d’escroquerie morale qu’il convient d’épingler ? Comment en effet une Europe envasée dans l’actuel marasme structurel qui est le sien, aurait-elle pu utilement venir au secours de Kiev ?

 

Cependant, ce serait faire une injure trop grande aux technocrates que de leur imputer une erreur aussi grossière consistant à sous-estimer la capacité de réaction du Kremlin. Surtout après l’annexion manquée d’août 2008, celle de l’Ossétie du Sud par la Géorgie.

 

Il va de soi que nul, en tel domaine, ne refait deux fois les mêmes erreurs. Notons que, suite à leur déconfiture géorgienne, les Européens échaudés – à rebours – par la « crise du gaz » de l’hiver 2008/2009, ont pris dès cette époque des dispositions pour réduire à la fois leur dépendance vis-à-vis des fournitures russes, mais également pour palier toute éventuelle rupture d’approvisionnement en modifiant en conséquence les réseaux de gazoducs en Europe orientale.

 

Deux autres conflits gaziers russo-ukrainiens – en 2005/2006 et en 2007/2008 – avaient précédé l’épisode de 2009. Épisodes qu’il serait d’ailleurs vain d’interpréter ou d’analyser en faisant abstraction du contexte géopolitique régional et de l’attraction déjà exercée par la sphère occidentaliste sur les Ukrainiens et plus encore sur leurs puissantes oligarchies.

Pendant que la classe dirigeante française joue à la bataille navale et règle leurs comptes dans ce qui ressemble de plus en plus furieusement à une « voyoucratie » politicienne, le séisme dont l’épicentre se situe sur la Péninsule de Crimée, commence ainsi à faire sentir ses inquiétantes répliques un peu partout… à Venise et en Transnistrie tentées à leur tour par l’autodétermination. Cette dernière, entité séparatiste pro-russe de Moldavie – l’État qui n’existe pas – donne des sueurs froides à Kiev, et pas seulement.

 

Ici la question se pose de savoir si un détramage général de l’Europe n’a pas été enclenché pas sur le Maïdan de Kiev ?

Comment en effet ne pas penser aux Flandres, à la Catalogne, au Pays basque ? Samedi 22 mars des soldats russes investissaient la base aérienne de Belbek en Crimée. Les choses vont vite, très vite. Pour l’heure, l’Union européenne n’a à opposer aux forces qu’elle a libérées que sa mauvaise humeur et sa mauvaise foi.

 

Tel est pris qui croyait prendre : la ville de Donetsk, capitale économique et industrielle du Donbass et de l’Ukraine, se mobilise, bannières russes flottant au vent. La foule ne demande pour l’instant que le retour du président déchu Viktor Ianoukovitch, mais les choses pourraient aussi ne pas en rester là !