Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le porte-avions "Ch. de Gaulle" : touché, coulé !!

Porte-avions Charles de Gaulle : touché, coulé !

touche-coule

Philippe
David
Cadre dirigeant à l’international.

« Que le plus grand navire de guerre ait le courage de me couler. Le cul tourné à Saint-Nazaire, pays Breton où je suis né. » Pour les plus de quarante ans, ces paroles rappellent, bien sûr, la chanson de Michel Sardou et Pierre Delanoë, « le France », qui devint « Norway » après avoir été assassiné par les deux CGT, la Compagnie Générale Transatlantique et la Confédération Générale du Travail. Mes parents m’avaient amené, alors que j’étais enfant, le voir dormant dans le port du Havre alors qu’il portait encore les couleurs de la France. Je le revis au printemps 1992, dans le port de Miami, portant les couleurs norvégiennes (ce qui me fit, je dois le reconnaître, couler une petite larme…).

D’après les informations qui tombent depuis quelque temps, il semble que nous pourrions revivre, quarante ans après la première, semblable tragédie… En effet, le nouveau « Livre blanc de la défense », qui sera dévoilé dans quelques jours, promet une véritable déflagration sur l’armée française et les industries d’armement (où ce qu’il en reste).

Parmi les points envisagés, outre les fermetures de régiments et autres réductions du budget d’équipement, se trouve la vente du porte-avions Charles de Gaulle. On se demande si le ministre de la Défense envisage de passer l’annonce sur « eBay », « le bon coin » ou « la centrale des particuliers » pour refiler un des fleurons de notre Défense nationale. Ainsi la France sera passée, en vingt ans, et si ces propositions sont validées par le président de la République, de deux porte-avions (le Foch et le Clemenceau) à… zéro !

Cela signifierait tout simplement que notre pays a abandonné toute ambition de peser sur les affaires de la planète, le porte-avions étant l’arme nécessaire pour débarquer ses troupes dans n’importe quelle zone du monde. Grandeur et décadence d’une Nation…

Outre un désastre stratégique, une telle vente aurait un impact symbolique et psychologique tout aussi (sinon plus) dramatique. Elle montrerait au reste du monde que la France a choisi d’abandonner tout idéal de grandeur et qu’elle ne se considère plus que comme la région d’une Europe fédérale dominée par l’Allemagne qui aura su garder, contrairement à la France, une industrie puissante. Partant de ce principe, pourquoi l’Europe ne demanderait-elle pas à la France d’abandonner son siège de membre permanent au Conseil de sécurité de l’ONU où « l’Euroland » nous remplacerait ? Inutile de rappeler que certains, tant dans la majorité que dans l’opposition, n’y seraient guère opposés !

Ne m’appelez plus jamais France, la France, elle m’a laissé tomber. Ne m’appelez plus jamais France, c’est ma dernière volonté…

Philippe David, le 26 mars 2013 (BOULEVARD VOLTAIRE)