Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mikhaïl Kalachnikov reposera-t-il en enfer et sans regrets ??

Mikhaïl Kalachnikov reposera-t-il en enfer et sans regrets ?

kalach
Le 25 décembre 2013             (BOULEVARD VOLTAIRE)
L'AK-47 figure sur le drapeau du Hezbollah, est utilisée par les soldats de plus de 80 nations et se trouve dans les armoiries de six pays.

 

Il faut parfois que la mort s’en mêle pour apprendre que derrière un terme du langage commun se trouve un homme. Ainsi de Mikhaïl Kalachnikov, inventeur de la fameuse « Kalach » – ou plus scientifiquement AK-47 – utilisée dans une grande partie des faits divers criminels actuels… Comme il le reconnaissait lui-même lors de son 90e anniversaire en 2009 : « Ce n’est pas agréable de voir que toutes sortes de criminels tirent avec mes armes. »

 

Le 23 décembre dernier, cet ingénieur et lieutenant-général russe est passé de vie à trépas au terme « d’une longue maladie ». Celui dont l’invention a envoyé en enfer (ou au paradis, c’est selon !) des millions de ses contemporains sera donc simplement mort non dans son lit, mais dans une clinique d’Ijevsk… après un malaise !

 

Mikhaïl Kalachnikov, un des citoyens russes les plus décorés de son pays, aura œuvré jusqu’à l’année dernière pour construire « des armes dans le but de défendre [sa] société » et aura survécu non seulement à la Deuxième Guerre mondiale d’où il revint blessé, mais encore au régime soviétique qu’il servit sans état d’âme aucun, membre éminent du Parti communiste, député du Soviet suprême de l’URSS trois décennies durant, admirateur du regretté Joseph (Staline). S’il a eu des regrets, il n’aurait néanmoins « pas vécu autrement » si cela avait été à refaire.

 

« Lorsque je l’ai rencontré en 1994, après la chute du mur, il me disait avoir été surpris de sa notoriété en Occident, rapporte Jean Huon, auteur d’un livre sur la kalachnikov… En Russie, il est longtemps resté un petit ingénieur mal payé, il n’a jamais touché de royalties sur les armes vendues. »

 

De toute façon, la majorité des AK-47 étant actuellement fabriquée en contrebande, le camarade rouge se consolait sans doute en pensant qu’il était à ce titre logé au même désintéressement financier que d’autres illustres personnages qui léguèrent leur nom à leurs inventions… Notre préfet Poubelle a-t-il jamais empoché un seul de nos anciens francs sur le ramassage des ordures ? Et Joseph Ignace Guillotin, ne désirait-il pas seulement instaurer une exécution plus humaine et moins douloureuse en faisant « adopter, sous la Révolution française, la guillotine comme mode unique d’exécution capitale » ?

 

Exception notoire, toutefois, l’empereur Vespasien, ayant fait établir des urinoirs à Rome, étendit un impôt spécial à la collecte de l’urine utilisée par les teinturiers. Face aux moqueries que cela suscita, il répondit : « L’argent n’a pas d’odeur… »

 

La Kalachnikov aura répandu, elle, l’odeur de la poudre et du sang depuis les « pays frères » du pacte de Varsovie aux différentes guérillas et mouvements indépendantistes en Asie, en Afrique et en Amérique du Sud, en passant par la Chine du Grand Timonier.

 

Symbole de victoire du peuple sur les capitalistes, de la révolution ou de l’indépendance, elle figure par exemple, rappelle Jean Huon, sur les drapeaux du Hezbollah ou du Mozambique, est utilisée par les soldats de plus de 80 nations et se trouve dans les armoiries de six pays.

 

Ce fusil « extrêmement simple, fait pour un soldat qui n’a pas de diplômes », selon son inventeur, n’a pas eu non plus de frontières…