Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mortes dans leur appartement depuis des mois !!

Mortes dans leur appartement depuis des mois !

solitude

Franck
Talleu
Père de famille en colère

Quand l’économie numérique aura tellement « simplifié » nos vies, que les banques percevront automatiquement nos recettes, paieront nos loyers, nos impôts, nos dépenses – en prélevant, bien entendu, les frais de ces services indispensables — dans un équilibre budgétaire parfait, sans que jamais nous échangions une parole avec le banquier.

Quand nos emplois du temps si bien gérés par nos smartphones, nos rencontres chronométrées dans les speed dating, nos trajets programmés sur nos GPS nous permettront d’évoluer sans jamais échanger un regard avec nos voisins.

Quand nos divertissements seront tous programmés sur nos box, nos émotions numérisées sur nos tablettes, nos relations filées sur les réseaux virtuels jusqu’à nous laisser croire que nous pouvons nous aimer sans jamais échanger un seul geste.

Quand le remplissage du frigidaire et l’ouverture des volets programmés par nos applications domotiques, notre équilibre alimentaire conditionné par nos examens médicaux nous menaceront d’agueusie jusqu’à perdre le goût des gens. Quand nos diffuseurs de parfums synthétiques aux senteurs interchangeables masqueront jusqu’à l’odeur des cadavres de nos frères et de nos sœurs qui pourrissent dans l’appartement d’à côté, alors oui, l’homme pourra disparaître, tranquillement, sur la pointe des pieds, pour laisser cette vie artificielle, ce grand système infernal où la technique et les modèles mathématiques rythment le cours des choses tandis que l’individualisme déshumanise de jour en jour davantage notre vivre ensemble.

Vision science-frictionnée à la sauce pessimiste d’un Boulevardier Voltairien ?

C’est pourtant celle que l’on peut déduire après le double fait divers toulousain sordide de la semaine dernière.

À deux reprises sur une seule journée, les policiers ont retrouvé deux vieilles dames, sans aucun lien, chacune décédée depuis plusieurs mois dans leur appartement. L’une d’elle depuis au moins un an et demi, peut-être trois ans. L’inquiétant, dans ce drame, c’est que nos deux aînées n’étaient pas des ermites isolées dans un quelconque désert démographique. Elles vivaient dans la fourmillante ville rose entourées de 399.998 autres âmes.

Notre société technique est tellement bien rodée que même les créanciers immobiliers sont désormais à l’abri du décès de leurs débiteurs. Nos deux braves septuagénaires s’en sont bien allées, tranquillement, sur la pointe des pieds tandis que le grand système infernal, technocratique et humanophobe, continuait de tourner.

Au train où vont les choses, Satan n’a pas fini de rigoler.

Le 14 avril 2045… pardon 2013.

Franck Talleu, le 14 avril 2013 (BOULEVARD VOLTAIRE)