Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quand le "pays des droits de l'homme" accueille la Chine...

 

Quand le « pays des droits de l’homme » accueille la Chine…

Casse-tete-chinois
Le 31 mars 2014 -    BOULEVARD VOLTAIRE
     
La France se permet de donner des leçons au monde entier au nom des glorieux principes portés par sa Révolution ; principes qu'elle n'est même plus capable de s'appliquer à elle-même.

Quand le « pays des droits de l’homme » accueille pompeusement le président chinois Xi Jinping pour une visite officielle de trois jours, ça ne passe pas inaperçu ! Les Lyonnais peuvent en témoigner, eux qui ont vu leur centre-ville bloqué plusieurs heures pour laisser passer la Citroën C6 blindée transportant le dignitaire communiste. Au menu des réjouissances : vin, fromages, pâtisseries… On a mis les petits plats dans les grands pour accueillir nos potentiels futurs investisseurs.

 

En effet, dans ce bas monde, tout est toujours question d’argent et les petits fours de l’hôtel de ville de Lyon ne sont pas servis par altruisme désintéressé, mais bien dans le but de soutirer au premier secrétaire du Parti communiste chinois (PCC) quelques juteux contrats dont la France a bien besoin.

 

Alors, me direz-vous, on ne va tout de même pas faire un fromage de cette visite, d’autant plus que les investissements à la clé sont une bonne nouvelle pour la France ?

 

Peut-être, mais il est intéressant de remarquer qu’alors que la France accueille trois jours la Chine sous les ors de la République, elle s’évertue, à travers le pouvoir en place, à critiquer les « exactions chinoises au Tibet » ou « les entraves de la Chine aux droits de l’homme ».

 

Ce qui est assez amusant, c’est que la France se permet de donner allègrement des leçons concernant les droits de l’homme et la démocratie, alors même qu’une récente étude la plaçait 44e dans ce qui est de la démocratie et de la liberté d’expression, derrière la Papouasie !

 

C’est vrai que quand on censure un humoriste, quand on écoute un ancien président et son avocat sans raison valable, quand on vire un procureur général car il ne pense pas comme il faut, la démocratie s’en ressent.

 

C’est d’autant plus drôle que le Tibet et le sujet de la liberté d’expression en Chine n’ont sans doute pas été abordés par notre courageux président-défenseur-de-la-veuve-et-de-l’orphelin durant cette visite d’État : pas assez de temps, vous comprenez… Et ne comptez même pas sur un envoi, dans l’empire du Milieu, de notre héros national, l’impérissable, l’inoxydable Bernard-Henri Lévy dont les apparitions, cheveux en bataille et chemise ouverte devant les barricades de Maïdan, ont suffi à faire trembler le régime ukrainien !

 

Il est malheureux de voir ce qu’est devenu notre pays. La France se permet de donner des leçons au monde entier au nom des glorieux principes portés par sa Révolution ; principes qu’elle n’est même plus capable de s’appliquer à elle-même. Faites ce que je dis, pas ce que je fais ! Mais, comble du courage, la France fait profil bas devant le fort quand il s’agit des droits de l’homme, mais devant le faible, elle en rajoute. Il suffit de voir avec quel dédain sont traités les habitants de la Crimée qui ont choisi leur rattachement à la Russie : on les considérerait presque comme des demeurés d’avoir rejeté la grande, la belle Europe démocratique !

 

D’ailleurs, les élections européennes ont lieu dans trois mois…