Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Si j'habitais la France, je ne confierais pas mon gosse, à l'Education Nationale...

Si j’habitais encore la France, je ne confierais pas mon gamin à l’Education nationale

Deux nuit durant, sur les Champs Élysées et le Trocadéro, de petits esprits bornés comme vous n’avez vu qu’une bande de cloportes, des hyènes déchaînées pillant des magasins.

En réalité ce sont les talents des Cités qui sont venus faire bénéficier la France moisie que vous représentez de tout leur élan créatif.

Des jeunes gens brillants auxquels vous barrez la route par votre racisme, les empêchant de s’épanouir.

Là où des gens comme vous ne voient que des bêtes à consommer, abrutis de jeux vidéo et de films pornos un regard averti reconnaît le futur Google, que dis-je le futur Facebook !

Rappelez-vous donc Fabien Namias interrogeant Marine Le Pen pendant la campagne présidentielle et lui faisant la leçon sur l’immigration en nous expliquant que les futurs entrepreneurs viendraient forcément de l’immigration africaine et maghrébine.

Quant à vos enfants qui préparent actuellement leurs examens, tous ces petit bachoteurs besogneux sans intérêt. A quoi bon ? Qu’ils aillent rejoindre l’effectif des centres de tri postaux.

Le futur Microsoft n’est pas parmi eux de toute façon.

Ce dont vous avez été témoins, ce ne sont des pillages, c’était de la destruction créatrice au sens Schumpétérien du terme (du nom de l’économiste Joseph Schumpeter dont les ultra libéraux aiment se gargariser pour expliquer les fermetures d’usines).

Si vous avez vu à la télévision des noirs et des maghrébins dépouillant sans pitié des blancs de tout âge, c’est que vous n’êtes pas républicains et que votre rééducation prendra un peu plus de temps que prévu.

Ceux que vous appelez les racailles sont l’avenir de la France, on vous l’a assez répété, Valls et Taubira vous l’enfonceront dans la tête à coup de matraque, de lacrymogène et de procès si nécessaire.

Ces gens sont arrivés d’Afrique noire et du Maghreb pour nous faire profiter de leur grande culture ; certains viennent de région dans lesquelles le cannibalisme se pratique encore, comme en ont fait les frais les pauvres Pygmées de République Démocratique du Congo au début des années 2000 et parlent des dialectes qui ne s’écrivent pas.

Peu importe. Ils ont tellement à nous enseigner !

A ceux qui seraient entrain de sourire en lisant ces lignes je vais enlever immédiatement toute joie de vivre.

En effet, à y regarder de plus près je n’ai rien exagéré. Je me suis simplement contenté de faire la synthèse de toutes les déclarations que j’ai entendues pendant la dernière campagne présidentielle et dans la presse.

Le terrorisme intellectuel a pris une telle ampleur dans notre pays que le simple commentaire d’images ne laissant pourtant place à aucune controverse donne lieu à des contorsions verbales invraisemblables.

Les journalistes et politiciens redoublent de périphrases et d’euphémismes, de peur d’être obligés pour un mot malheureux de se répandre en excuses publiques pendant des années.

Être accusé de « stigmatiser une population », de « faire l’amalgame » ou de « monter les français les uns contre les autres » c’est signer son arrêt de mort médiatique.

La prochaine étape de la propagande socialiste passe par la reprogrammation intensive des jeunes cerveaux à l’école, principalement lors des cours d’Histoire.

Certains professeurs avant-gardistes avaient déjà initié le processus il y a bien longtemps (moi-même, collégien à la fin des années 80, j’ai été obligé d’apprendre par cœur des résumés de biographies d’hommes politiques socialistes et on m’a venté les vertus de l’économie planifiée) mais cette fois il sera industrialisé.

On va probablement commencer à y apprendre la grandiose Histoire de fabuleuses civilisations africaines dont personnes n’est certain de l’existence, puis viendra ensuite le dénigrement en règle de la nôtre.

Et tout cela se terminera par l’étude obligatoire de Black Athéna, tissu de conneries écrit par un professeur noir américain en mal de publicité, devenu ouvrage de référence des afro-américains, dont je vous résumerez en deux lignes la thèse en 3 volumes ainsi : la Grèce Antique est à l’origine de notre civilisation, or la Grèce a été influencée par les Égyptiens, le Égyptiens étaient noirs, donc nous devons tout à l’Afrique.

J’imagine bon nombre d’entre vous entrain de se gausser, mais ils ont tort, car ce salmigondis est devenu l’ouvrage historique de référence pour des millions de gens et les socialistes ne manqueront pas d’utiliser un tel outil de propagande.

L’Éducation Nationale en France est tellement vérolée par les syndicats d’enseignants, la bête est si malade que je me demande s’il est encore possible de la sauver.

Peut-être un jour un homme politique aura le courage d’affronter ses 955 434 employés (ce chiffre donne le tournis, je ne suis même pas certain qu’en République populaire de Chine, où l’on n’est pas regardant sur le nombre d’employés, il existe une structure aussi obèse) et de les mettre au pas définitivement.

En attendant, votre progéniture devra subir chaque jour que Dieu fait la propagande socialo-immigrationniste et il vous incombera d’expliquer à votre enfant qu’il doit faire semblant d’y adhérer pour ne pas être persécuté par le système et obtenir des diplômes.

A tous ceux qui ont des enfants scolarisés en France je n’ai qu’une chose à dire : je n’aimerais pas être à votre place.

Alain Falento