Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un chiot de 4 mois tabassé à mort !

4 mai 2013

BAZUS-AURE (65) :

L'autopsie conclut que les lésions sont compatibles avec des coups de bâton. Jean-Denis Salle-Canne a déposé plainte déclarant qu'il «n'accepte pas que l'on tabasse un chiot de 4 mois.»

L'émotion est vive, à Bazus-Aure après la mort d'un chiot Montagne des Pyrénées, dans des circonstances que seule l'enquête permettra d'élucider.

Jean-Denis Salle-Canne éleveur dans cette localité nous a fait parvenir les résultats d'autopsie de cet animal, âgé d'environ 4 mois.

Le rapport fait état d'une mort d'origine traumatique :

«Les lésions observées […] sont compatibles avec des lésions consécutives à des coups de bâton que l'on peut estimer au nombre de deux (un coup porté sur la tête, un coup porté sur le dos en région thoracique.)»

«Comment peut-on aller tabasser un petit chien de 4 mois ?» interroge l'agriculteur, visiblement bouleversé. L'animal appartient en réalité à Mathieu, son jeune fils de 24 ans, en passe de s'installer avec lui.

«Ce petit chien était destiné à la surveillance des troupeaux, explique-t-il. Il est suivi par l'association La Pastorale

Pyrénéenne (Saint-Gaudens). Il est subventionné par l'État pour protéger le troupeau de l'ours et de tous les animaux pouvant lui porter préjudice» Et d'ajouter que cette femelle, baptisée Hapi, a été achetée (au prix de 350 €) fin février après le sevrage, et qu'elle restait, comme c'est l'usage, en permanence, au milieu du troupeau «afin qu'il devienne sa famille».

Il raconte que c'était une grosse boule blanche, très attendrissante : «Elle venait toujours sur nous, les gosses la prenaient dans les bras.»

L'AUTEUR PRESUME DES COUPS APPELLE LE PROPRIETAIRE

Alors que s'est -il passé le 22 avril aux alentours de 17 heures ?

Jean-Denis Salle -Canne déclare avoir reçu un coup de fil d'un autre éleveur.

«Il m'a appelé pour me dire que mon chien était rentré dans son troupeau, qu'il lui avait donné des coups de bâton et qu'il l'avait renvoyé pardessus la clôture dans le pré. J'ai tout de suite alerté mes fils qui étaient en bergerie. Ils y sont allés et l'ont trouvée morte.» Les brebis des deux agriculteurs se trouvaient dans des prairies voisines.

Selon le propriétaire d'Hapi, quand la petite chienne a vu arriver les voisins, «elle est allée vers eux pour se faire câliner en toute innocence. Mais elle a fait peur aux brebis…»

Le propriétaire du jeune «pa tou», qui déclare vouloir porter plainte, assure qu'un témoin a vu toute la scène.

CE CHIOT NE PRESENTAIT PAS DE DANGER :

Anne Lefébure, directrice de la Pastorale pyrénéenne, association qui «assure le suivi technique des chiens de protection sur l'ensemble du massif pyrénéen réagit en ces termes après la mort du jeune animal : «C'était un chiot à vocation de protection du troupeau de son propriétaire. Il était suivi par un technicien chien et ne présentait pas de danger. Le chien n'était pas problématique. Clairement, il y a eu une réaction démesurée. Ce n'était pas un animal errant. A priori, il a quitté son lot pour aller dans un autre, c'est un chien encours d'apprentissage.»

Josiane Battoue

Source : (Le 4.04.2013) La dépéche