Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Ma vraie vie

 

Je devrais avoir honte. De quoi ? Me direz-vous ! Et bien, en tant qu’auteure et narratrice de cette petite autobiographie en famille, j’aimerais pouvoir accaparer le temps, afin de me consacrer entièrement à l’écriture et à mes lecteurs ; et ça, c’est impossible ! Car, voyez-vous, mon quotidien d’écrivaine, n’est pas si rose que vous pourriez le croire. Je dois assumer une multitude de tâches, telles que me rendre à des séances photos et de dédicaces situées dans la capitale, aux quatre coin du pays ou au bout du monde, assurer les demandes d’interviews, me montrer - en minaudant - à des émissions de télévision où des piques assassines doivent urgemment se digérer en direct et où, les critiques et débats – non exclus - sont parfois très chauds. Je me dois de répondre aux nombreux courriers d’admirateurs, ainsi qu’aux diverses doléances qui me sont adressées ; par des collègues, des indigents de tous poils, ou par tous ceux qui me cherchent des poux dans la tête ! 047



 

 

 

 

 

Croyez-moi, la notoriété, n’est pas forcément une chance ; lorsque je compare les travaux d’Hercule, à toutes les corvées et obligations exposées ci-dessus, c’est du pipi de chat !! Et sur les plateaux télé ou de radio, nous sommes directement confrontés aux maladies de toutes sortes ; comme le virus de la grosse tête, une inflamation de l'ego, ou celui de la fameuse grippe ! Pour vivre décemment, il est impératif de dominer nos craintes… D’ailleurs, qu’ils soient acteurs/comédiens, chanteurs ou fils/filles à papa, observez bien leurs traits qui crèvent le petit écran. Leurs gueules, portent les stigmates des nuits sans sommeil ; des nuits indigestes, enfumées et trop arrosées et, bien trop branchées ! Faites gaffe aux incendies… Ils sont tellement prisés, ovationnés, photographiés et harcelés tous azimuts, par des paparazzis menteurs, ainsi que par des foules de fans en liesse, que… Se sentant sans cesse agréssés et persécutés dans leur intimité, ils craquent. Alors… surmenés, lessivés, mis K.O par une vie de taulards et par l'abus de caviar et de Champagne à profusion, blasées et dépressifs, ils pètent un câble en commettant l’irréparable…



Par la force des choses, les malheureux affrontent l’éternité du Très Haut et ses juges, disparaissent à perpète, ou se cassent en catimini pour l'Amérique du Sud ou autres paradis, tout spécialement réservés aux handicapés de la vie mondaine. Non, franchement, on est plus à plaindre, qu’à envier ! Et, en ce qui me concerne, sachez qu’il m’a été confié une mission d’envergure que je dois réaliser et ce, à n’importe quel prix ! Ceci, en dépit des incertitudes, des obstacles, trahisons et astreintes, que cela implique. Je vous le confirme ; j’ai de quoi occuper mes journées et même, toutes mes nuits !!

 


A propos… ce n’est pas tout. Celle que je surnomme mon essentiel, ma préférence à moi, ou autres qualificatifs, empiète largement sur mon emploi du temps. C’est pourquoi, je suis surbookée ! Pas une minute à moi. Du reste, le sacrifice, a-t-il des limites et des raisons que n'explique pas la raison… ? Et les vacances… ? Me direz-vous. A oublier, mes chéris ! Il me faut trimer tous les week-ends et même les jours fériés. Bien des syndicalistes, se retourneraient dans leur tombe ! Par ailleurs, jadis, je fis partie intégrante de la race des obscures, des ignorés, des affamés, des tabassés, des laissés pour compte, auxquels on jette un trognon en poursuivant sa route. Je sais ce que ressent le paumé sans identité ni droit, sans protection ni vraies lois pour le défendre, en cas de baston, de tourments, d’abus de toutes sortes et de maltraitance.  

 

 

Or, je peux vous le jurer sur la tête de celle qui m’est si chère, je ne lâcherai pas l’affaire. Quitte à en mourir !

 

 

Bien à vous.